Revenir en haut
Aller en bas






Partagez | 
 

 (Sebastian) Une petite visite à l'improviste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Ezelio Deribay
avatar

Date de naissance : 09/05/1984
Messages : 93



   Jeu 14 Juil - 17:49



Une petite visite à l'improviste - feat Ezelio & Sebastian



Le regard d’Ezelio croise celui de sa femme. Entre eux se trouve une table basse avec des papiers, ceux du divorce. Ca fait trois mois qu’il se bat avec elle pour qu’elle signe cette fichue paperasse, trois mois qu’elle ne souhaite pas faire ce qu’il demande, mais il fait de nouvelles tentatives, parce qu’il ne trouve aucune autre solution à leur problème. Ca fait deux ans qu’il tente d’oublier son infidélité, en vain. Ca ne marche pas. Il n’oublie pas, il a la rancune tenace. Il a conscience qu’il a des torts dans leur relation, qu’il n’a pas été très présent pour elle, mais il ne lui pardonne pas de s’être réconfortée dans les bras d’un autre. Quand il la regarde, il l’imagine avec cet homme qu’il ne connait pas, qu’il ne veut pas connaître pour ne pas avoir une image fixe sur la tête de cet inconnu. « Anna. » dit-il, pour lui faire relever ses yeux sur lui, elle qui observait de nouveau les papiers. « Je ne veux pas signer, Ezelio, non. On peut surmonter ça. » « C’est ce que tu aurais dû me dire il y a deux ans, au lieu de courir dans les bras d’un autre. » Au lieu de le laisser la prendre dans un endroit de la maison, ou ailleurs. Là encore, il ne souhaite pas le savoir. Anna baisse les yeux sur les papiers du divorce, puis finit par se lever en lâchant un soupir. « Le mariage, c’est pour la vie. » Il acquiesce d’un signe de tête. « L’infidélité ne faisait cependant pas partie du contrat. » lâche-t-il, sèchement. Elle le dévisage alors qu’il lui tend le crayon, mais elle fuit, récupère ses clés et dépose un baiser sur sa joue avant de disparaître. Il ne cherche pas à la retenir, il sait que c’est perdu d’avance, que cette conversation ne finira pas comme il le souhaite et il ne sait pas comment gérer la situation. Il est trop concerné, n’a pas assez de recul sur la situation. Il aimerait faire les choses à l’amiable, mais il va bien falloir qu’il agisse autrement si elle continue à s’obstiner. Ezelio penche la tête en arrière, frotte doucement sa nuque et ferme les yeux quelques courtes secondes, avant de se reprendre et s’éclipser de la maison, à son tour. Cette maison qui se situe dans la route des sanguinaires, mais qu’il est sur le point de déserter. Il a commencé ses recherches il y a quelques semaines et il ne se passe pas une seule journée sans qu’il ne fasse une visite. Celle qu’il attend le plus est celle de demain. C’est un appartement qui se situe au centre-ville. Le balcon donne sur la plage. Le trajet qui le sépare de la galerie de Sebastian ne dure que quinze minutes. Il se gare près du bâtiment, pousse la porte et ralentit le pas lorsqu’il aperçoit son ami avec une feuille en main, concentré sur son travail. « Je te dérange pas trop ? » demande-t-il, avec un sourire aux lèvres. Sebastian, c’est son meilleur ami, c’est celui vers qui il se tourne lorsqu’il a un problème, celui qu’il écoute lorsque les rôles sont inversés. Ils se connaissent depuis suffisamment longtemps pour avoir confiance en l’un et l’autre. Et là, il est juste apaisé rien qu’à la vue de son visage.


Dernière édition par Ezelio Deribay le Ven 15 Juil - 19:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Sebastian Maleo
avatar

Date de naissance : 14/08/1982
Messages : 92



   Jeu 14 Juil - 21:52



Une petite visite à l'improviste - feat Ezelio & Sebastian



La galerie est en plein chamboulement, comme c’est le cas au moins une fois par mois. Des ouvrier sont présents et martèlent les murs depuis le début de la matinée. Sebastian aime le changement. Il ne laisse jamais sa galerie se figer dans le temps. Lorsqu’on revient en ces lieux, on ne découvre pas seulement des nouvelles œuvres d’art, mais aussi une nouvelle architecture de la pièce qui saura mettre en valeur les futures expositions. Pendant cette matinée, il a dirigé les opérations avec le chef des travaux. C’est lui qui conçoit les plans et vérifie s’ils sont réalisables via des professionnels. Entouré d’un brouillard de poussière, il n’avait pas hésité, comme à chaque fois, à saisir le maillet et détruire les murs inutiles à la prochaines configuration de la vaste pièce. C’est ce qu’il aime dans son poste : Pouvoir faire ce qui l’entend.

La pause déjeuner devient essentiel, les ouvriers quittent le bâtiment. Sebastian a encore des choses à faire et rien ne le retient de grignoter plus tard. La poussière tapisse le sol à présent, l’air est devenu plus respirable. La porte en verre permet à Sebastian de surprendre le regard de certains passants. La pièce est adapté pour que le son des travaux s’étouffent le plus possible afin de ne pas déranger les voisins. Non, ce qui surprend, c’est le spectacle que les baies-vitrée laisse entrevoir, le chaos règne dans la Galerie Maleo. Les couleurs ont foutu les camps, les débris jonchent le sol et pourtant, un homme se tient là au fond de la pièce, au milieu de ce qui semble être des décombres, lisant une feuille avec attention, sous l’éclairage encore existant des lieux.

Lorsque la porte émet un petit bruit lors de son ouverture, il lève les yeux et remarque son ami Ezelio. Le temps qu’il le rejoigne, il a le temps de lire la dernière phrase de sa copie. « Tu ne me déranges jamais, tu le sais ! » Il pose sa feuille sur une table et écarte légèrement les bras en baissant la tête afin de montrer de quoi il est vêtu. Il s’agit un large bleu de travail, couvert de poussière et de quelques coups de pinceau d’une ancienne rénovation. « Désolé pour ça et pour l’état des lieux, mais quand il faut renouveler la Galerie, il le faut. » dit-il d’un air navré, déçu de ne pas être plus présentable. Cependant, il saisit le curseur de sa fermeture à glissière et la descend jusqu’en bas, puis il ôte sa bouse qui recouvrait ses habits de la ville. « Qu’est ce qui t’amène ici ? Tu as vu ? Ça avance bien, non ? Normalement, c’est fini demain soir. Mais tu connais les délais des types du bâtiment, Je parierai sur une demi-journée supplémentaire pour que tout soit prêt. » Il en avait l’expérience, Ezelio aussi d’ailleurs. Il connaissait les travaux dans le bâtiment grâce à son emploi.


_________________


Love Come


Love come light up the shadows and the beauty of you enter in. I have hungered for a tender touch a long and lonely time. ∞

Revenir en haut Aller en bas

Ezelio Deribay
avatar

Date de naissance : 09/05/1984
Messages : 93



   Ven 15 Juil - 20:13



Une petite visite à l'improviste - feat Ezelio & Sebastian



Un sourire se glisse sur son visage à sa réponse. C’est exactement la même chose pour Sebastian. Même dans les pires moments de sa vie, où il aurait besoin de calme, son meilleur ami ne le dérangera jamais. C’est bien l’une des rares personnes qu’il pourrait ne pas envoyer balader. Parfois, il n’en revient pas d’être aussi proche de lui, avec ce qu’il connait dans sa vie, avec son beau-père qui n’a eu de cesse de lui faire mal, plus jeune. Ce n’est pas lui qui peut se vanter d’être proche des hommes et c’est justifié. Ezelio s’arrête face à lui, le détaille de haut en bas. Ses vêtements témoignent des travaux dans lesquels il s’est lancé. « Eh bien, on ne pourra pas dire que t’as fait semblant ! » s’exclame-t-il, en riant. Il se déplace dans la pièce, évitant les obstacles qui se présentent à lui, ne touche à rien, de peur de se mettre de la peinture fraîche sur lui et surtout de défaire le travail réalisé, mais ce n’est pas l’envie qui lui manque d’effleurer les murs, les débris aussi, comme un enfant qui aimerait toucher à tout par curiosité. « Juste une visite, comme ça, pour te voir, discuter, voir où tu en étais aussi. Me changer les idées. C’est difficile avec Anna, je comptais sur toi pour passer la soirée, avec un bon verre par la même occasion. » Il n’y a rien de mieux qu’une soirée en sa compagnie. Elles sont simples, mais ils se disent plein de choses, pas toujours de bonnes nouvelles, malheureusement. « Tu as noté la date de fin de réalisation des travaux sur le devis ? » Normalement, ils doivent faire ça dans les temps. Il lui est arrivé plus d’une fois d’avoir des travaux qui se prolongent à cause de certains évènements perturbateurs. Ca peut être dû aux intempéries, ou au manque de professionnalisme de ceux qu’il a engagé, mais il s’arrange toujours pour que le coût ne dépasse pas son budget prévu, surtout lorsqu’ils prennent des pauses d’une heure pour un simple café. Il a bien fallu qu’il teste plusieurs entreprises, qu’il voit de lui-même à qui il peut faire confiance ou non. Même si Ezelio est perfectionniste, il aime laisser la chance aux petites boîtes qui débutent. Ezelio plonge une main dans la poche de son jeans et reprend : « Tu as mangé ? Maintenant que tu as retiré ton bleu de travail, peut-être que je peux te kidnapper pour manger un morceau ? Tu me raconteras plus en détails les petites maladresses et nouvelles du jour. » lui dit-il, en l’observant de haut en bas, une nouvelle fois. Sebastian est nettement plus présentable comme ça.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé




   

Revenir en haut Aller en bas
 

(Sebastian) Une petite visite à l'improviste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Une petite visite (feat. Iris Shepard)
» Une petite visite chez le médecin [PV Archange et Jessie]
» Viens lui rendre une petite visite {Nathou}
» "Une Petite Visite de Courtoisie" [Libre]
» Petite visite en échange d'un service ... [PV Keiko L. Pan (PNJ) et Haruko L. Pan]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SEPT PECHES CAPITAUX | MIZANA (AJACCIO) :: Ajaccio :: Centre-ville :: Galerie Maleo-
Sauter vers: